Les assurances pour les nouveau-nés et suivi des marchés

Paradmin

Les assurances pour les nouveau-nés et suivi des marchés

Les assurances pour les nouveaux nés

Lorsque nous devenons parents, nous avons un million de choses auxquelles penser et à planifier pour que tout se passe pour le mieux. Notre travail consiste à accompagner les nouveaux parents pour couvrir les risques avec les assurances et assurer le financement des études avec le Régime Épargne Étude.

Assurances spéciales pour les enfants

Les compagnies d’assurance ont sorti des produits fait spécifiquement pour les nouveaux nés et les enfants incluant une couverture contre le décès, les accidents ainsi que la maladie grave. L’avantage de ses assurances est de couvrir les risques durant les premières années de l’enfant avec un coût très faible.

Par exemple, la compagnie d’assurance UV Assurance offre le programme Éveil qui est gratuit la première année et par la suite est offert à un coût fixe de 18$/an.

Il existe aussi des assurances avec des montants de protections plus élevés avec une tarification fixe chez UV Assurance avec le programme Juvénile 30/100. Le programme est disponible pour les enfants de 0 à 15 ans et permet d’avoir une protection vie de 100 000$, 10 000$ pour 9 maladies graves et la possibilité d’ajouter une option de fracture accidentelle pour 15$ par mois.

Assurance vie standard

Une autre option est de prendre une assurance vie seulement pour notre nouveau-né. En l’assurant dès la naissance, nous profitons de tarifs très bas, que ce soit en protection temporaire ou en vie entière. Nous pensons que le meilleur choix est l’assurance vie entière payable sur 20 ans si elle convient à votre budget.

L’avantage de l’assurance vie entière payable sur 20 ans est qu’après les 20 ans années de paiement, l’assurance est libérée de ses paiements et elle restera en vigueur jusqu’au décès de votre enfant. Vous êtes donc sûr que votre enfant aura toujours un montant d’assurance si jamais il devient inassurable.

Assurances collectives

Si votre employeur offre des assurances collectives, nous vous invitons à vérifier avec eux s’il offre de la couverture pour vos enfants. Habituellement, vous aurez la possibilité d’ajouter vos enfants à votre programme pour leur offrir une couverture d’assurance vie ainsi que de maladie grave à un coût intéressant.

Dans tous les cas, nous vous invitons à nous contacter pour plus d’informations. Nous avons des outils pour vous aider à déterminer les bons montants de couvertures d’assurances pour vous et votre nouveau-né ainsi que de vous conseiller pour le choix du bon produit d’assurance pour votre situation.

Suivi des marchés

États-Unis 

Les principaux indices boursiers américains conclu la semaine en territoire positif pour une quatrième semaine consécutive et le S&P500 et le Dow Jones ont dépassé les records atteints la semaine précédente. Du côté du Nasdaq, ce dernier a terminé la semaine en hausse de 2,70% surperformant les autres indices et battant un record qu’il avait établi environ sept semaines plus tôt.

Malgré le fait que le mois d’octobre soit historiquement le mois le plus volatile du côté de la bourse américaine, le S&P400 (mid cap), le S&P500 et le S&P600 (small cap) ont connu un excellent mois avec des performances de +5,89%, +7,01% et +3,43% respectivement. Il s’agit donc d’un solide rebond après les baisses de septembre qui avaient mis fin à une série de sept mois de gains. De plus, pour le S&P500, il s’agit de la plus forte augmentation mensuelle depuis novembre 2020.

Confiance des consommateurs 

La confiance des consommateurs s’est améliorée en octobre, inversant une tendance à la baisse de trois mois alors que les inquiétudes concernant la propagation du variant Delta se sont atténuées. De plus, malgré le fait que les inquiétudes concernant l’inflation à court terme ont augmenté à un sommet en plus de 13 ans, la proportion de consommateurs prévoyant d’acheter des maisons, des automobiles et des gros appareils électroménagers a augmenté en octobre, signe que les dépenses de consommation continueront de soutenir la croissance économique au cours du quatrième trimestre.

D’autre part, près de la moitié des répondants (47,6%) ont déclaré qu’ils avaient l’intention de prendre des vacances au cours des six prochains mois – le niveau le plus élevé depuis février 2020, un reflet de la résurgence continue de la volonté des consommateurs de voyager et de dépenser pour des services en personne.

Résultats trimestriels

Les solides résultats trimestriels ont continué d’être un facteur très important quant au sentiment du marché. En effet, selon FactSet et sur la base des entreprises qui ont publié jusqu’à présent et des prévisions de celles qui n’ont pas encore publié leurs bénéfices, la croissance des bénéfices pour le troisième trimestre des sociétés du S&P500 devraient être de près de 36,6%. Par ailleurs, 82% des entreprises ayant publié leurs résultats ont surclassé les attentes du marché (moyenne historique : 76%).

PIB (Q3 2021) 

L’économie américaine a progressé à un taux annuel de 2,0% au troisième trimestre ce qui est inférieur aux prévisions du marché de 2,7%. Ce taux de croissance marque la croissance trimestriel la plus lente depuis que la pandémie. Les perturbations des chaînes d’approvisionnement et les gains plus lents des dépenses de consommation ont pesé sur la croissance du PIB au cours des trois derniers mois. Concernant la consommation personnelle, elle s’est fortement ralentie (1,6% versus 12% au deuxième trimestre), les dépenses en biens ayant diminué (principalement les véhicules automobiles). De plus, l’investissement résidentiel a continué de se contracter (-7,7%).

Canada

Au Canada, l’indice boursier S&P/TSX a perdu 84 points de base au courant de la semaine en raison de la faiblesse des secteurs financiers et des matériaux.

D’autre part, la Banque du Canada a maintenu son taux directeur à 0,25% et a mis en garde les marchés boursiers contre une inflation prolongée lors de sa réunion mercredi. De plus, la Banque met fin à son programme d’assouplissement quantitatif et entre dans la phase de réinvestissement, au cours de laquelle elle achètera des obligations du gouvernement du Canada uniquement pour remplacer les obligation arrivant à échéance.

De plus, dans son rapport sur la politique monétaire, la Banque du Canada a réduit ses prévisions de croissance de l’économie canadienne cette année à 5,1% par rapport à sa prévision précédente de 6,0%. Pour 2022, la croissance économique devrait atteindre 4,3%, en baisse par rapport aux prévisions précédentes de 4,6%.

En ce qui concerne l’inflation, la Banque du Canada a déclaré qu’elle prévoyait désormais que les taux d’inflation annuels poursuivront leur tendance à la hausse le reste de l’année, à 4,75% en moyenne, et à 3,4% en 2022; en hausse par rapport à sa prévision précédente de 2,4%. Finalement, d’ici 2023, la Banque prévoit que l’inflation reviendra à 2%.

Europe

En Europe, les marchés boursiers ont connu une bonne semaine grâce à des gains de 0,94% (DAX), 1,44% (CAC 40) et 0,46% (FTSE 100) en Allemagne, en France et en Angleterre respectivement.

L’estimation préliminaire de la croissance du PIB de la zone euro a été de 2,2% lors du troisième trimestre, une légère augmentation par rapport à l’expansion de 2,1% enregistrée au deuxième trimestre et au-dessus de l’estimation consensuelle de 2,0% rapportée par FactSet. D’autre part, l’estimation initiale d’Eurostat fixait le taux d’inflation de la zone euro à 4,1% en octobre, le niveau le plus élevé en 13 ans et supérieur aux attentes du marché. Sans surprise, les coûts énergétiques plus élevés ont été un facteur important. L’inflation sous-jacente, qui exclut les prix volatils de l’énergie et de la nourriture, a grimpé à 2,1%.

Finalement, en ce qui concerne la Banque Centrale Européenne (BCE), elle a maintenu ses politiques monétaires existantes et a indiqué qu’elle continuerait d’acheter des obligations dans le cadre de son programme d’achat d’urgence en cas de pandémie au taux annoncé en septembre. La présidente, Christine Lagarde, a reconnu que l’inflation pourrait « prendre plus de temps à baisser qu’initialement prévu », mais a réitéré l’opinion selon laquelle le taux d’augmentation des prix à la consommation devrait ralentir à moins de 2% d’ici 2023. Par ailleurs, la présidente de la BCE a mentionné qu’elle s’attendait à ce que les achats d’obligations se terminent en mars 2022, bien qu’elle ait indiqué que la banque centrale déciderait probablement en décembre d’intégrer un programme d’achat d’obligations différent pour faciliter la transition.

Asie

Au Japon, le Nikkei 225 a gagné 30 points de base cette semaine alors que la Banque du Japon a maintenu sa politique monétaire accommodante et son taux directeur. Cette dernière devrait demeurer plus longtemps en mode d’assouplissement puisqu’elle a réduit sa projection de croissance économique pour cette année; croissance de 3,4% anticipée versus 3,8% projetée en juillet.

D’autre part, au niveau économique, la production des usines japonaises a diminué pour le troisième mois consécutif en septembre, chutant de 5,4% par rapport aux attentes d’une baisse de 3,2%. Le secteur de l’automobile a été touché par une pénurie persistante d’approvisionnement et une faiblesse des machines à usage général.

Cependant, avec les récents assouplissements des restrictions liées au Covid, de nombreux économistes sont d’avis qu’une reprise au sein du secteur des services devrait soutenir l’économie au cours des prochains mois.

En Chine, les marchés boursiers ont perdu du terrain alors que l’indice composite de Shanghai a perdu 0,98%.

Cette baisse s’explique notamment en raison des inquiétudes persistantes quant à la vigueur du secteur immobilier. En effet, le secteur immobilier chinois, qui représente environ un tiers de l’économie globale de la Chine, continue de suscité l’inquiétude des investisseurs ces dernières semaines à la suite de défauts de paiement de certains promoteurs, de dégradations des notes de crédit et, plus récemment, d’un projet de plan fiscal alors que les autorités cherchent à réduire l’endettement des principaux développeurs chinois. Finalement, en ce qui concerne les notations de crédit de certains développeurs, Fitch et S&P Global ont tous deux réduit leurs notations de crédit sur plusieurs développeurs chinois, les problèmes de liquidité et le ralentissement des ventes continuant de peser sur le secteur immobilier.

À propos de l’auteur

admin administrator